( 18 mai, 2013 )

ENVIE COQUINE

Ce soir, j’ai une envie coquine

Besoin d’une nuit câline

Me perdre dans tes yeux,

Te sentir… amoureux

Ne plus penser à rien Juste sentir tes mains

Glisser sur mon corps

Et me jeter un sors

Je veux que tu m’envoûtes

Que l’on est plus de doute

Sur ce que l’on ressent

Sur mes sentiments

Fais-moi l’amour,

Avec tendresse et tout ton amour

Comme si j’allais mourir demain

Comme s’il n’y avait plus de lendemain

Te sentir contre moi

Me couvrir de baiser

Qu’on s’endorme toi et moi

Et ne plus se réveiller 

( 18 mai, 2013 )

POUR TOI

 Une amie a qui tu peux tout confier

Une épaule solide pour te reposer

Un havre de paix pour te ressourcer

Cela si tu veux pour toi, je serai

Un début d’émoi, je réveillerai

Un doux sentiment, je ferai pousser

Au fond de ton coeur, je le sèmerai

Cela si tu veux pour toi, je serai

Des frissons violents, je t’inventerai

Des baisers brûlants, je t’adresserai

Une passion brûlante, je déclencherai

Tout cela pour toi, je désirerai

Laisses moi encore un peu y rêver

Que toutes ces femmes tu voudras aimer

Mais si au contraire, ton coeur me renie…

Laisse-moi seulement être ton AMIE

( 18 janvier, 2012 )

mon cousin

Options d’écriture ‹ quelques maux… — WordPress.

je te sais pas très loin

mais tu restes mon cousin

on ne se connait pas pourtant

mes sentiments pour toi sont grands

j’ai envie de te connaitre

on ne se connait pas… a qui la faute  ?

nos parents… peut etre

mais surement aussi la notre

de ton coté tu as le temps

de réfléchir, penser…

du mien…pas trop le temps…

uniquement bosser… bosser

courage mon cousin…

la cousine est pas loin

( 6 juin, 2011 )

2 JUIN…

Ce soir le silence de la feuille et la simplicité pas de belles lettres travaillées par le style… juste des mots…

Je regarde les heures vides, damnées du silence

où nos cris cherchent en vain la délivrance

j’écoute la froideur du gouffre des errances

où même pas un écho ridicule ne s’élance

J’attends dans mes joies intérieurs, le phoenix

qui enflammera toute parcelle de mon être

le feu divin arraché à la lave du Styx

qui gagné sur Hadès me fera disparaître

aux instants figés du regard de méduse,

dans l’horrible éloquence de la désolation

Statufié, pétrifié dans l’ennui et ses ruses

Je suis vautrée hagarde loin des consolations

( 31 mai, 2011 )

Tandis que les instants passent

Comme les grains dans le sablier

L’éternité s’enfuit elle même

Et, au son des sirènes d’outre-mer

Les oiseaux se posent pour écouter

Et muets, parlent plus de mille mots jamais dits

Le faible désir du sens achevé

Reflète les éclats du tout et du rien

Mais le sens absurde est proche

Je tends la main qui se perd dans l’obscurité

Et mon esprit voit

Eclairé par les lumières de ton amour

( 31 mai, 2011 )

LA MORT

J’aimerais passer de vie à trépas

Que mon chemin se casse

Afin de perdre toutes traces

Mes yeux sont si las

Une telle vie ne vaut rien

Et je répète ces gémissements

D’une vie qui me ment

Comme à un vaurien

C’est une paix éternelle 

Que mes tourments demandent

Ce n’est pas un amende

 La mort est si belle

( 31 mai, 2011 )

DE ZERO A DIX

Zéro souci, ça n’existe pas

Un ami, un seul… toi

Deux enfants, c’est très bein

Trois faux amours… déjà loin

Quatre avec mes deux frères et ma soeur

Cinq si l’on compte l’autre dans mon coeur

Six car la fausse est là aussi ! 

Sept histoire… c’est ma vie

Huit clos nous aurait permis

Neuf… vaines promesses aussi 

Dix… Assez… c’est plus permis !

( 31 mai, 2011 )

ALPHABET SANS FIN !

Avec la vie qui nous berce

Berceau de tendresses et de caresses

Caresses fugueuses ou dangereuses

Danger de tomber en émoi

Emotion rimerai avec frisson

Frissons de peur ou de guérison

Guérir d’un mal tel que l’homme

Homme fou est inconscient

Inconscient des non  dits

Je t’aime c’est kom ça

Kom ça ne me dit pas que je fais laïus

Laïusser… ce n’est pas moi !

Maman maintenant de deux naines

Naine… n’est pas obligatoire

Obligation est un mot puéril

Puéril voilà ce à quoi

Quoi de beau comme rôle

Rôle de maman singulière

Singulière mais tenace

Tenace malgré ses ulcères

Ulcère de l’amour mal vécu

Vivre… oui ! Tiens un Wisky

Wisky coca ou Xéres ?

Xéres pour mon yéti

Yéti c’est plein de zèle

Zèle… il faut vivre avec !

 

Publié dans Non classé par
(1) Commentaire
( 31 mai, 2011 )

ENVIE COQUINE

Ce soir, j’ai une envie coquine

Besoin d’une nuit câline

Me perdre dans tes yeux,

Te sentir… amoureux

Ne plus penser à rien Juste sentir tes main

Glisser sur mon corps

Et me jeter un sors

Je veux que tu m’envoutes

Que l’on est plus de doute

Sur ce que l’on ressent

Sur mes sentiments

Fais moi l’amour,

Avec tendresse et tout ton amour

Comme si j’allais mourir demain

Comme s’il n’y avait plus de lendemain

Te sentir contre moi

Me couvrir de baiser

Qu’on s’endorme toi et moi

Et ne plus se réveiller

( 31 mai, 2011 )

POUR TOI

Une amie a qui tu peux tout confier

Une épaule solide pour te reposer

Un havre de paix pour te ressourcer

Cela si tu veux pour toi, je serai

Un début d’émoi, je réveillerai

Un doux sentiment, je ferai pousser

Au fond de ton coeur, je le sémerai

Cela si tu veux pour toi, je serai

Des frissons violents, je t’inventerai

Des baiser brûlants, je t’adresserai

Une passion brûlante, je déclancherai

Tout cela pour toi, je désirerai

Laisses moi encore un peu y rêver

Que toutes ces femmes tu voudras aimer

Mais si au contraire, ton coeur me renie…

Laisse moi seulement être ton AMIE

12345
Page Suivante »
|